Covid-19 : Plan de secours pour les étudiants en situation de précarité

Soutien psychologique, logements d’urgence, garantie de prêt, distribution alimentaire… Face aux conséquences de la crise sanitaire sur le pouvoir d’achat et sur la santé mentale des étudiants franciliens, la Région Ile-de-France met en place un plan de secours massif.

https://www.iledefrance.fr/covid-19-plan-de-secours-pour-les-etudiants-en-situation-de-precarite

 

 

 

 

 

 

 

L’illusion de l’égo

Une Essartoise nous adresse ce message évoquant sa consternation face à l’attitude de la municipalité. Avec son accord, nous publions in extenso son message ci-après.  

J’envoie cette lettre ouverte plus de 2 mois après l’hommage municipal rendu à Monsieur Samuel  Paty. Ce fut le laps de temps nécessaire pour dépasser la sidération, considérer avec discernement  l’horreur et la barbarie. Le mercredi 21 octobre 2020, Monsieur Le Maire des Essarts-le-Roi, et quelques-uns seulement de ses conseillers municipaux, ont rendu hommage à Monsieur Paty.

1) Monsieur Le Maire, alors qu’un tiers des membres de son conseil se sont opposés ou abstenus, durant les mandatures précédentes, à la création ou au renforcement de la police municipale, nous a demandé d’applaudir les policiers présents qui assuraient la sécurité de tous lors du rassemblement devant le collège.

2) Monsieur Le Maire a imputé la cause de cette décapitation à un « terrorisme gratuit ». Euphémisme qui permet de ne pas nommer l’islamisme radical obéissant à une idéologie dont les buts sont pourtant déterminés.

3) Monsieur Le Maire  invoque le « droit de tous d’aller à l’école, que l’on soit catholique, musulman, juif, orthodoxe… » A cette liste, non exhaustive des religions existant sur la terre, heureusement qu’un conseiller lui a soufflé « ou athée… ». Conception extrêmement réductrice, confinant à l’erreur, de la laïcité.

4) Lors des différentes phases de l’hommage, une colistière applaudit à plusieurs reprises : manque de bienséance et confusion entre ce qu’est un match sportif avec pom pom girls, et un hommage rendu à un homme assassiné !

5) Monsieur Le Maire, garant de la légalité dans la commune, affirme : «Personne ne peut se faire justice soi-même. » Monsieur Le Maire, comment l’assassin de Monsieur Paty pourrait-il prétendre avoir subi une quelconque injustice et être dans son bon droit ? Quelle est cette « justice » à laquelle vous faites allusion et que vous jugez déficiente ou trop laxiste ? Monsieur Le Maire, ces propos sont révoltants.

6) Monsieur Le Maire répète : « Ce ne sont pas que des paroles, je vous assure. » Plus tard : « Il est important de se rassembler. La prochaine fois, nous serons encore là. » Je salue la pertinence de l’analyse et cette anticipation tragique, mais réaliste, sur l’avenir !

7) Enfin, Monsieur Le Maire demande au personnel enseignant et leur famille de s’avancer pour être applaudis.  Si nous sommes venus, c’est pour rendre hommage à un homme, un père, un professeur, un collègue, à qui on a coupé la tête parce qu’il a exercé son métier d’enseignant, parce qu’il a enseigné l’histoire, et la liberté d’expression. Nous ne sommes en aucun cas venus pour être anesthésiés par les congratulations et les flatteries.

Décidément, la Mairie aime beaucoup le bruit dédié à satisfaire les ego.

Murielle Minot

 

 

Tribune libre CAP Avenir

Vous trouverez ci-dessous le texte de la Tribune libre du groupe CAP Avenir publié dans le bulletin d’informations communales du mois de janvier 2021.

Comme nous vous l’avons promis, nous essayons d’exercer une opposition constructive mais vigilante. En toute franchise, nous sommes inquiets car l’équipe en place depuis le mois de juin tarde à se mettre au travail, et se contente de faire de l’agitation sur les réseaux sociaux, à l’image du bourdonnement désordonné d’un insecte (« buzz »).

Hormis l’agrandissement du cimetière, qu’il était indispensable de lancer, et que l’équipe précédente avait inscrit au budget 2020, aucun projet ne démarre.

Nous avions considéré qu’il était urgent de lancer d’autres travaux d’équipements, qui avaient à cet effet été inscrits au budget 2020, au premier rang desquels le plan triennal voirie, dont la commune a tant besoin pour le renouvellement de ses rues ! Pour mémoire nous avions prévu de lancer dès 2020 la réfection de la rue de l’Yvette avec enfouissement des réseaux et piste cyclable. Toujours rien !

Nous déplorons une absence totale de communication envers notre équipe. La majorité pratique le mépris et le black-out. Nous n’avons par exemple aucune information sur le résultat de l’appel d’offres visant à sélectionner un bureau d’études pour travailler sur le projet de rénovation complète de l’avenue de la gare, qui revêt pourtant un enjeu essentiel pour notre futur paysage urbain, par les choix qui pourraient être faits, ni sur l’état d’avancement des travaux de réhabilitation de la librairie et du bar-tabac, pourtant programmés et budgétés par l’ancienne mandature.

L’année 2020 aura été très éprouvante pour la plupart d’entre nous, toute l’équipe de CAP AVENIR vous présente pour 2021 ses meilleurs vœux de santé et de sérénité. Même si la COVID sera toujours présente nous ferons tout pour en triompher. Nous aurons une pensée particulière pour nos commerçants et nos entreprises, à qui nous souhaitons courage et ténacité, pour réussir à se redresser une fois la crise sanitaire passée.

 

Les élus du groupe CAP Avenir : Ghyslaine Ozanam, Hélène Rapin, Patrick Robuchon, Raymond Pommet

On a deux vies… La deuxième commence quand on réalise qu’on en n’a qu’une.

Confucius

Lettre ouverte au Président de la République suite à l’assassinat de Samuel Paty

Monsieur le Président de la République française,

Au moment où nous écrivons ces lignes, sommes-nous submergés par la colère, la tristesse et l’émotion ? Non, il s’agit plus de détermination et de courage afin de vous faire part de nos réflexions pour changer le cours des choses, pour prendre date dans l’Histoire.
Nous sommes révoltés de voir que les leçons de l’Histoire ne soient pas assimilées, que la lâcheté des années 1930, ayant abouti au drame de la 2ème Guerre Mondiale, ne soit pas plus dans nos consciences. Que notre ligne Maginot de 1940, mal placée et qui n’impressionnait que nous, ait laissé place à une autre ligne Maginot incantatoire – « ils ne passeront pas », « nous sommes les plus forts », « nous vaincrons car nous sommes Français » – qui ne nous protégera pas plus contre le nouveau péril islamiste.

Successivement, les remparts tombent. Les valeurs sont attaquées, notre culture, notre mode de vie, le ciment de notre vivre ensemble sont tout simplement remis en cause et, comme en 1930 Hitler a pu avancer sans entrave, l’islamisme, organisé, avance en France et ronge notre pays façonné par l’Histoire. Notre pays est de tradition, de culture et d’histoire judéo-chrétiennes. L’Europe aussi, et c’est ce qui nous unit aux autres pays. Les Lumières ont apporté beaucoup à la France et au Monde. Mais ces valeurs sont fragiles et doivent être défendues.

En 1930, tétanisés par l’enjeu, le risque d’un nouveau conflit, nos dirigeants repoussaient la seule décision pourtant indispensable. Ils toléraient les agissements d’un seul homme qui a défiguré notre Europe, le Monde et l’Humanité. Au moment où la réaction était encore possible, l’Histoire est passée, emportant tous les espoirs, brisant des peuples, des familles, des femmes et des hommes. Les soumettant à l’ignominie du plus meurtrier des conflits de l’Histoire.

Nous sommes en train de vivre une situation similaire avec l’idéologie islamique. Ne comptons pas sur l’ennemi pour interrompre son forfait. Sa machine infernale est lancée et ne s’arrêtera que de deux façons : il s’emparera de son objectif déclaré, l’Europe devenue islamisée, ou bien nous l’anéantirons.

Arrêtons, tant qu’il est encore temps, de céder un pouce de terrain aux fossoyeurs de la France et de l’Europe. L’Histoire nous a montré ce qu’il adviendra : chaque jour qui passe nous enfonce dans un piège dont il sera de plus en plus douloureux, coûteux de sortir.
60 millions de morts avant d’arrêter les totalitarismes nés en 1920. Avant que la Paix et la Liberté n’aient le dernier mot.

Monsieur le Président de la République, nous ne pouvons plus nous contenter de mots, d’émotions, il faut agir vite, concrètement et implacablement. Des zones entières de France passent sous contrôle de cette force obscurantiste. La République recule en ce moment même ! Il y a urgence absolue.

Pour donner un cadre et un but à l’action, nous vous proposons :
1- D’affirmer les racines judéo-chrétiennes de l’Europe et de la France.
2- D’assumer l’héritage de notre Histoire de France. Il faut arrêter de s’excuser.
3- D’intégrer ceux qui veulent l’être, être fermes sur les critères et expulser ceux qui doivent
l’être.
4- D’engager la reconquête de notre territoire et de l’espace culturel (« soft power »).
5- De nouer un partenariat nouveau avec les autres pays, en particulier avec l’Afrique et les pays du Maghreb basé sur une relation d’égal à égal, qui amènera un développement économique local mais aussi et surtout de l’espoir à la jeunesse.

Avec le dernier point, débutera enfin le 21ème siècle. Ce sera celui de l’espoir, de la coopération, de l’accord gagnant-gagnant, du respect, de la place renouvelée de l’Homme face à l’argent. Ce sera le siècle de l’harmonie, du respect de son alter ego où qu’il soit, de la différence érigée en richesse, du respect de la Terre aussi. Cet horizon est derrière un nuage de méfiance, de domination, d’exploitation. Un nuage de cendres et de noirceur. Les Allemands ont été humiliés en 1918 ? Ils se sont tournés vers des mirages et se sont vengés. Offrons plutôt des perspectives et un horizon.

Le risque est grand de voir la France basculer dans l’extrémisme en 2022. Nous ne pouvons plus faire de calculs politiciens, ou diviser pour régner. Ce n’est plus le moment. Ne laissez pas des amateurs jouer avec la Paix, ils nous entraineraient vers l’abîme. Le chemin est de plus en plus étroit entre les deux extrêmes. Il faut faire tomber les tabous et prendre les mesures qui s’imposent. Sans compromis. Les zones gangrénées de notre territoire doivent être reconquises. Il faut sanctionner ceux qui jouent avec le feu. Ceux qui provoquent, intimident ou font pression. Ceux qui influencent, tout simplement. Il faut aider l’Education Nationale, les représentants de la République, les Maires, les conseillers, les députés, les entreprises, les médecins, les infirmières, les associations dans leur résistance. Il faut
refuser cette idéologie islamique et son influence, y compris sur notre inconscient.
Cette lettre, qui n’est pas celle du désespoir, veut engager la construction du 21è siècle. L’illusion que la faiblesse et l’immobilisme sont gages de paix doit être combattue. La Paix ne se construira pas sur un déséquilibre : nous devons défendre la France et ses valeurs, mais aussi respecter les autres, pour construire une relation équilibrée avec les femmes et les hommes de bonne volonté, où qu’ils soient dans le Monde.

Monsieur le Président de la République, la charge de l’Histoire pèse sur vos épaules mais elle peut être allégée avec le concours des Français, Républicains et Libres, si vous les appelez à temps, et les guidez. Ils vous seront éternellement reconnaissants d’avoir su tracer le chemin vers une Paix véritable. Et d’avoir cru sans relâche en notre 21è siècle, celui que nous allons construire loin des extrêmes, avec le concours des Peuples du Monde.

Monsieur le Président de la République, le moment est venu de décider, d’avoir le courage de l’affrontement pour construire la Paix. Et de parler aux Européens, d’entrainer la France, L’Europe et tous ses voisins vers un futur apaisé. Il n’y a pas d’alternative.

Vive la République,

Vive la France, Vive l’Europe, libres !

Tribune libre CAP Avenir

Vous trouverez ci-dessous le texte de la Tribune libre du groupe CAP Avenir publié dans le bulletin d’informations communales du mois d’octobre 2020.

Une majorité d’Essartois a fait le choix de confier la conduite des affaires de la cité pour les 6 années à venir à un attelage hétéroclite LREM-Gauche socialiste. Issu d’une expression démocratique, ce choix peut paraître singulier, mais il n’est pas discutable. Que toutes celles et ceux qui nous ont soutenu soient ici remerciés. Cette confiance nous honore et nous engage, par la voix de nos 4 élus minoritaires, à exercer, avec sérieux et vigilance, un contre-pouvoir légitime et salutaire en démocratie. C’est bien dans cet état d’esprit positif que nous agirons tout au long de la mandature. Infatué de son nouveau pouvoir, le Maire élu fait preuve à notre égard d’un comportement irrationnel et choquant. Tenant à qui veut l’entendre un discours d’apaisement et de réconciliation, il pratique avec perfidie la division, l’hypocrisie, l’humiliation, bref il exerce une vengeance incompréhensible, inutile, dégradante. Il passe des accords avec les deux autres groupes minoritaires pour mieux nous affaiblir. Ce comportement hypocrite trouve son apogée dans une odieuse machination destinée à priver les membres de notre groupe d’un siège légitime au comité du SIASY (assainissement collectif), une décision qui ne respecte ni la juste proportionnalité des voix, ni la compétence. Pourquoi ? Outre une vengeance malsaine, cette manœuvre vise surtout à nous empêcher de freiner la volonté d’urbanisation exagérée que la nouvelle équipe vous cache, en nous appuyant sur les limites des capacités de notre station d’épuration, que nous connaissons bien.

Cette mandature commence bien mal !

Les élus du groupe CAP Avenir : Ghyslaine Ozanam, Hélène Rapin, Patrick Robuchon, Raymond Pommet

Passe-moi le grisbi !

[NDLR : pour les plus jeunes, « grisbi » est un mot familier pour parler d’argent, en référence à un film culte sorti sur les écrans en 1954]

Lors du dernier Conseil municipal du 28 septembre aux Essarts-le-Roi, le nouveau Maire a été interrogé sur la vacuité de son poste de vice-président auprès de l’agglomération Rambouillet Territoires et les raisons justifiant un doublement des indemnités qui lui sont versées, comparativement à la mandature précédente.

Visiblement gêné par la question, Ismaël Nehlil nous a servi une réponse qui a peiné à convaincre sur le fond des missions qui seraient les siennes dans le cadre de ce portefeuille de vice-président. Nous avons eu droit à un galimatias de généralités sur l’application des principes de « subsidiarité » dans la pratique intercommunale. Mais plus ahurissant fut sa réponse concernant le doublement de ses indemnités :

« je ne m’intéresse pas à ces choses là et je n’ai pas vu quel était le montant de l’indemnité »…

Le tableau annexe présenté dans la délibération que notre Maire a votée, lors du conseil communautaire du 24 juillet 2020, est pourtant clair et explicite, affichant nominalement le montant de l’indemnité attribuée à chaque vice-président. A moins de ne pas savoir lire, comment notre Maire peut-il prétendre ne pas connaître le montant de son indemnité ? Comme nous, vous pouvez lire dans ce tableau, reproduit ci-dessous, que l’indemnité brute mensuelle allouée au 11ème vice-président Ismaël Nehlil est bien de 1454,64 €.

A titre de comparaison, l’indemnité nette versée à son prédécesseur (Raymond Pommet) au titre de sa fonction de vice-président de Rambouillet Territoires était de 607,21 €. Celle-là même que l’opposition socialiste de l’époque qualifiait de « grassement payée » ! Il est vrai qu’après avoir rallié la liste La République en Marche conduite par Ismaël Nehlil et bénéficié de plusieurs postes de maire-adjoint rémunérés dans la nouvelle mandature, notre ancienne opposition ne trouve plus rien à redire, ni sur le doublement de l’indemnité de vice-président, ni même sur le rattachement à Rambouillet Territoires, tant décrié tout au long de la mandature précédente. Comme quoi les convictions changent en fonction de ses intérêts personnels. Après avoir jeté leur fiel sur l’ancien Maire, maintenant qu’on leur a passé le plat, ils ne vont pas cracher dans leur (bonne) soupe ! Comme disait Pascal, « vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà ».

 

Le nouveau monde

A l’issue du conseil municipal du 4 juillet 2020, Ismaël Nehlil, tête de liste « En avant Les Essarts-le-Roi », vient d’être élu Maire des Essarts-le-Roi.

Le nouveau maire et ses équipiers ont mené une campagne à charge contre l’ancien maire et sa liste CAP Avenir. Ils nous promettent un « progressisme » qui se justifierait par un besoin de changement radical attendu par toute la population.

Un « nouveau monde » est né, qui rejette l’ancien, prône le changement, le mouvement (« en avant »).

Les 4 conseillers municipaux élus de la liste CAP Avenir seront vigilants sur l’évolution de notre commune.

L’avenir nous dira si ce nouveau monde est une espérance ou un désastre.

Une immense déception

Nous adressons tous nos remerciements aux 30,53% d’électeurs qui nous ont soutenus. Après 6 ans consacrés à embellir la ville et restaurer ses marges de manœuvre financières, notre déception est immense. Notre incompréhension aussi vis-à-vis des 61% d’électeurs qui ne sont pas allés voter, alors que les vrais enjeux d’une élection municipale portent sur le cadre de vie, la sécurité, le devenir de la commune… Cette élection locale les concerne au plus près de leur quotidien. Pourquoi cette absence d’expression sur l’avenir qu’ils souhaitent pour leur commune, les priorités qui sont les leurs ? Comment justifier cette indifférence civique qui gagne notre démocratie ? Pourquoi ces « non-électeurs » laissent-ils une minorité choisir à leur place ? De fait, l’équipe qui va maintenant présider aux destinées de notre commune des Essarts-le-Roi pour les 6 ans à venir, qui fera des choix parfois irrémédiables sur l’urbanisme, les logements sociaux, ne représente que 18,6% des électeurs inscrits. Moins de 20% de la population va décider de l’avenir des 80 % restants… Sidérant !

Arrêtons le mensonge et la calomnie dans les campagnes municipales

Un tract diffusé par la candidate Mme Benteyn véhicule allègrement mensonges et calomnies ! Est-ce là ce qu’attendent les électeurs d’une candidate qui brigue le mandat de premier magistrat de la commune ?

Je passe sur les nombreuses calomnies qui me sont directement adressées, elles ne blessent que moi-même, j’ai la carapace solide.

Mais que dire de cette accusation malsaine à propos de la réalisation d’une « somptueuse rue de la Forêt à St Hubert, lieu de résidence de son adjoint aux finances »… Tout d’abord que Mme Benteyn, adjointe au Maire, a voté ces travaux lors des séances du conseil municipal ! Pour le reste, je laisse s’exprimer, avec son autorisation, une habitante de la rue de la Forêt, qui s’adresse à Mme Benteyn:

Bonjour Madame
Je ne suis pas d’accord , et j’espère que l’ensemble des habitants de la rue de la forêt à St Hubert seront de mon avis, sur le fait que vous utilisiez des propos mensongers dans vos publicités pour les élections municipales.
Non!!!  Mr le Maire Raymond Pommet n’a pas décidé de favoriser un habitant de cette rue plus qu’un autre ! « Somptueuse rue de la forêt !travaux inutiles !! Argent gaspillé !! »  Vous plaisantez??
Il y a eu une réunion avec les riverains à la mairie et nous avons attendu encore 3 ans de plus pour que ces travaux soient enfin réalisés !! Une rue défoncée et n’ayant subi aucun travaux de voirie pendant près de 35 ans ! En revanche les riverains de saint Hubert paient plein pot leurs taxes et impôts qui servent à toute la commune !! Moi ça fait 17 ans que je paie !!
Une rue en permanence inondée, détériorant nos habitations, une rue avec des trous énormes , des éboulements de terrain emportant tout sur leurs passages , tout était pourri, archi-pourri, depuis des lustres !! , seul Mr Raymond Pommet a su prendre en compte notre situation désastreuse et dangereuse et a su AGIR pour qu’elle soit enfin rénovée !!
Ne prenez pas en « otages » les riverains de la rue de la forêt pour tenter d’asseoir votre éventuel futur  mandat municipal, la politique a ses limites dès lors que vous nous impliquez dans vos écrits !! C’est inadmissible de nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas à savoir des « privilégiés » parce que nous avons attendu 35 ans pour que notre rue soit rénovée !!! Vous êtes sérieuse???
Je ne souhaite à aucun autre riverain d’une autre rue de la commune des essarts le roi, d’avoir à subir ce que nous avons subi, et si mes photos ne sont pas assez parlantes, je peux les imprimer en grand format et les afficher, et d’ailleurs j’autorise Mr le maire à publier mon écrit et mes photos ! Des actions, des faits et du concret, c’est ce que nous attendons toutes et tous d’un maire, quelle que soit sa couleur politique et moi je suis une SARKOZYSTE !!!
C’est affligeant la façon dont vous menez votre campagne électorale !
Respectueusement