Tribune libre CAP Avenir

Vous trouverez ci-dessous le texte de la Tribune libre du groupe CAP Avenir publié dans le bulletin d’informations communales du mois d’octobre 2020.

Une majorité d’Essartois a fait le choix de confier la conduite des affaires de la cité pour les 6 années à venir à un attelage hétéroclite LREM-Gauche socialiste. Issu d’une expression démocratique, ce choix peut paraître singulier, mais il n’est pas discutable. Que toutes celles et ceux qui nous ont soutenu soient ici remerciés. Cette confiance nous honore et nous engage, par la voix de nos 4 élus minoritaires, à exercer, avec sérieux et vigilance, un contre-pouvoir légitime et salutaire en démocratie. C’est bien dans cet état d’esprit positif que nous agirons tout au long de la mandature. Infatué de son nouveau pouvoir, le Maire élu fait preuve à notre égard d’un comportement irrationnel et choquant. Tenant à qui veut l’entendre un discours d’apaisement et de réconciliation, il pratique avec perfidie la division, l’hypocrisie, l’humiliation, bref il exerce une vengeance incompréhensible, inutile, dégradante. Il passe des accords avec les deux autres groupes minoritaires pour mieux nous affaiblir. Ce comportement hypocrite trouve son apogée dans une odieuse machination destinée à priver les membres de notre groupe d’un siège légitime au comité du SIASY (assainissement collectif), une décision qui ne respecte ni la juste proportionnalité des voix, ni la compétence. Pourquoi ? Outre une vengeance malsaine, cette manœuvre vise surtout à nous empêcher de freiner la volonté d’urbanisation exagérée que la nouvelle équipe vous cache, en nous appuyant sur les limites des capacités de notre station d’épuration, que nous connaissons bien.

Cette mandature commence bien mal !

Les élus du groupe CAP Avenir : Ghyslaine Ozanam, Hélène Rapin, Patrick Robuchon, Raymond Pommet

Passe-moi le grisbi !

[NDLR : pour les plus jeunes, « grisbi » est un mot familier pour parler d’argent, en référence à un film culte sorti sur les écrans en 1954]

Lors du dernier Conseil municipal du 28 septembre aux Essarts-le-Roi, le nouveau Maire a été interrogé sur la vacuité de son poste de vice-président auprès de l’agglomération Rambouillet Territoires et les raisons justifiant un doublement des indemnités qui lui sont versées, comparativement à la mandature précédente.

Visiblement gêné par la question, Ismaël Nehlil nous a servi une réponse qui a peiné à convaincre sur le fond des missions qui seraient les siennes dans le cadre de ce portefeuille de vice-président. Nous avons eu droit à un galimatias de généralités sur l’application des principes de « subsidiarité » dans la pratique intercommunale. Mais plus ahurissant fut sa réponse concernant le doublement de ses indemnités :

« je ne m’intéresse pas à ces choses là et je n’ai pas vu quel était le montant de l’indemnité »…

Le tableau annexe présenté dans la délibération que notre Maire a votée, lors du conseil communautaire du 24 juillet 2020, est pourtant clair et explicite, affichant nominalement le montant de l’indemnité attribuée à chaque vice-président. A moins de ne pas savoir lire, comment notre Maire peut-il prétendre ne pas connaître le montant de son indemnité ? Comme nous, vous pouvez lire dans ce tableau, reproduit ci-dessous, que l’indemnité brute mensuelle allouée au 11ème vice-président Ismaël Nehlil est bien de 1454,64 €.

A titre de comparaison, l’indemnité nette versée à son prédécesseur (Raymond Pommet) au titre de sa fonction de vice-président de Rambouillet Territoires était de 607,21 €. Celle-là même que l’opposition socialiste de l’époque qualifiait de « grassement payée » ! Il est vrai qu’après avoir rallié la liste La République en Marche conduite par Ismaël Nehlil et bénéficié de plusieurs postes de maire-adjoint rémunérés dans la nouvelle mandature, notre ancienne opposition ne trouve plus rien à redire, ni sur le doublement de l’indemnité de vice-président, ni même sur le rattachement à Rambouillet Territoires, tant décrié tout au long de la mandature précédente. Comme quoi les convictions changent en fonction de ses intérêts personnels. Après avoir jeté leur fiel sur l’ancien Maire, maintenant qu’on leur a passé le plat, ils ne vont pas cracher dans leur (bonne) soupe ! Comme disait Pascal, « vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà ».

 

Le nouveau monde

A l’issue du conseil municipal du 4 juillet 2020, Ismaël Nehlil, tête de liste « En avant Les Essarts-le-Roi », vient d’être élu Maire des Essarts-le-Roi.

Le nouveau maire et ses équipiers ont mené une campagne à charge contre l’ancien maire et sa liste CAP Avenir. Ils nous promettent un « progressisme » qui se justifierait par un besoin de changement radical attendu par toute la population.

Un « nouveau monde » est né, qui rejette l’ancien, prône le changement, le mouvement (« en avant »).

Les 4 conseillers municipaux élus de la liste CAP Avenir seront vigilants sur l’évolution de notre commune.

L’avenir nous dira si ce nouveau monde est une espérance ou un désastre.

Une immense déception

Nous adressons tous nos remerciements aux 30,53% d’électeurs qui nous ont soutenus. Après 6 ans consacrés à embellir la ville et restaurer ses marges de manœuvre financières, notre déception est immense. Notre incompréhension aussi vis-à-vis des 61% d’électeurs qui ne sont pas allés voter, alors que les vrais enjeux d’une élection municipale portent sur le cadre de vie, la sécurité, le devenir de la commune… Cette élection locale les concerne au plus près de leur quotidien. Pourquoi cette absence d’expression sur l’avenir qu’ils souhaitent pour leur commune, les priorités qui sont les leurs ? Comment justifier cette indifférence civique qui gagne notre démocratie ? Pourquoi ces « non-électeurs » laissent-ils une minorité choisir à leur place ? De fait, l’équipe qui va maintenant présider aux destinées de notre commune des Essarts-le-Roi pour les 6 ans à venir, qui fera des choix parfois irrémédiables sur l’urbanisme, les logements sociaux, ne représente que 18,6% des électeurs inscrits. Moins de 20% de la population va décider de l’avenir des 80 % restants… Sidérant !

Arrêtons le mensonge et la calomnie dans les campagnes municipales

Un tract diffusé par la candidate Mme Benteyn véhicule allègrement mensonges et calomnies ! Est-ce là ce qu’attendent les électeurs d’une candidate qui brigue le mandat de premier magistrat de la commune ?

Je passe sur les nombreuses calomnies qui me sont directement adressées, elles ne blessent que moi-même, j’ai la carapace solide.

Mais que dire de cette accusation malsaine à propos de la réalisation d’une « somptueuse rue de la Forêt à St Hubert, lieu de résidence de son adjoint aux finances »… Tout d’abord que Mme Benteyn, adjointe au Maire, a voté ces travaux lors des séances du conseil municipal ! Pour le reste, je laisse s’exprimer, avec son autorisation, une habitante de la rue de la Forêt, qui s’adresse à Mme Benteyn:

Bonjour Madame
Je ne suis pas d’accord , et j’espère que l’ensemble des habitants de la rue de la forêt à St Hubert seront de mon avis, sur le fait que vous utilisiez des propos mensongers dans vos publicités pour les élections municipales.
Non!!!  Mr le Maire Raymond Pommet n’a pas décidé de favoriser un habitant de cette rue plus qu’un autre ! « Somptueuse rue de la forêt !travaux inutiles !! Argent gaspillé !! »  Vous plaisantez??
Il y a eu une réunion avec les riverains à la mairie et nous avons attendu encore 3 ans de plus pour que ces travaux soient enfin réalisés !! Une rue défoncée et n’ayant subi aucun travaux de voirie pendant près de 35 ans ! En revanche les riverains de saint Hubert paient plein pot leurs taxes et impôts qui servent à toute la commune !! Moi ça fait 17 ans que je paie !!
Une rue en permanence inondée, détériorant nos habitations, une rue avec des trous énormes , des éboulements de terrain emportant tout sur leurs passages , tout était pourri, archi-pourri, depuis des lustres !! , seul Mr Raymond Pommet a su prendre en compte notre situation désastreuse et dangereuse et a su AGIR pour qu’elle soit enfin rénovée !!
Ne prenez pas en « otages » les riverains de la rue de la forêt pour tenter d’asseoir votre éventuel futur  mandat municipal, la politique a ses limites dès lors que vous nous impliquez dans vos écrits !! C’est inadmissible de nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas à savoir des « privilégiés » parce que nous avons attendu 35 ans pour que notre rue soit rénovée !!! Vous êtes sérieuse???
Je ne souhaite à aucun autre riverain d’une autre rue de la commune des essarts le roi, d’avoir à subir ce que nous avons subi, et si mes photos ne sont pas assez parlantes, je peux les imprimer en grand format et les afficher, et d’ailleurs j’autorise Mr le maire à publier mon écrit et mes photos ! Des actions, des faits et du concret, c’est ce que nous attendons toutes et tous d’un maire, quelle que soit sa couleur politique et moi je suis une SARKOZYSTE !!!
C’est affligeant la façon dont vous menez votre campagne électorale !
Respectueusement

 

3 minutes pour vous parler… de la sécurité

C’est une thématique qui fait largement débat dans le cadre des grands enjeux de la campagne électorale municipale : la sécurité et la tranquillité publique.

La commune des Essarts-le-Roi est une commune calme et tranquille. Depuis 6 ans, nous observons une baisse régulière des actes de délinquance.

Mais comme dans la plupart des autres communes, on assiste depuis 2016 à une montée des incivilités liées à des comportements individuels : incivilités urbaines, dépôts sauvages, nuisances… Les incendies volontaires de voiture en font partie.

La prochaine mandature nous conduira donc à renforcer nos éléments de sécurité et de prévention, pour une plus grande réactivité de terrain.

La Région, un partenaire indispensable de la commune

Le soutien des instances régionales est incontournable pour mener à bien les projets d’amélioration de la commune. La Région est un partenaire financier de tout premier plan, qui nous a toujours accompagné dans nos investissements tout au long de la mandature.

Je suis très honoré par la relation d’amitié et de confiance nouée de longue date avec Valérie Pécresse, qui nous adresse ce message à l’attention de tous les Essartois.

3 minutes pour vous parler… de l’urbanité

La question de l’urbanité renvoie à la fois à l’habitat et au déplacement en ville, à savoir la problématique des routes, de la circulation et du stationnement. C’est un enjeu essentiel de l’agrément de vivre ou travailler aux Essarts-le-Roi.

La qualité de vie dans notre ville requiert en effet une attention et une vigilance particulière. C’est un enjeu essentiel de la mandature 2020-2026, sur lequel nous nous engageons afin de protéger notre commune de toute urbanisation intensive et la rendre plus durable.

3 minutes pour vous parler… des finances de la commune

Aujourd’hui, la situation financière de notre commune des Essarts-le-Roi est saine. La baisse du coût de remboursement de la dette et les marges de manœuvre retrouvées nous permettent d’affronter sereinement la prochaine mandature, en poursuivant le programme nécessaire de rénovation et d’entretien de notre patrimoine communal.

Lettre aux Essartois par Jean-Claude Vanderbecken

Essartois de naissance, Jean-Claude Vanderbecken fut très engagé dans la vie de notre commune, notamment comme conseiller municipal de 2001 à 2014. Il avait été très impliqué au cours de la campagne électorale de 2014 et avait largement participé à la création et la victoire de la liste Nouveau Cap conduite par Raymond Pommet.

Retiré en Loire Atlantique, il suit néanmoins avec attention la vie locale et nous adresse un message à l’attention de tous les Essartois.

Après avoir quitté les Essarts-le-Roi depuis bientôt cinq ans, je fus surpris de constater que pour les Elections de 2020, la liste que nous avions formée pour les Elections de 2014, avec tant d’enthousiasme, d’espoir et de sincérité, s’était scindée.

Ce fut une grande déception, car lors de mon départ, c’est avec sérénité que je laissais cette ville, qui m’est chère, aux mains d’un Maire compétent,  honnête,  sérieux, et qui montrait beaucoup de détermination et de dévouement à la cause du meilleur pour la ville.

Oui, déçu je le fus, car pour en arriver à l’Election de 2014 , ce furent des jours de préparation, de complicité, pour aboutir, en accord avec les uns et les autres, au choix des meilleurs qui soutiendraient la tête de liste.

Au fil du temps,  j’ai trouvé, en la personne de Raymond Pommet, les compétences requises pour effectuer un mandat de qualité; lorsqu’il fut élu, je me suis réjoui de son succès, non par réaction d’orgueil d’avoir gagné, mais par satisfaction de savoir que l’avenir des Essarts-le-Roi se trouvait en de bonnes mains : un Maire aux qualités humaines affirmées, encore jeune, qui saurait apporter à la ville une perspective d’avenir réfléchie, tout en restant attentif au budget.

Au seuil de ce deuxième tour 2020, interrogeons-nous sur ce qui a pu provoquer une telle scission. La lutte fratricide entre les uns et les autres serait-elle devenue coutumière aux Essarts ? Continuerait-elle d’opposer des personnes d’opinions semblables, au risque de mettre en péril l’avenir, et de perdre les élections ? Et pour quelles raisons plus ou moins avouables ??

C’est une constatation regrettable que je fais, en tant qu’ancien conseiller municipal, qui n’avait pour seul souci, comme le Maire actuel, que d’apporter le meilleur à notre ville.

La réflexion s’impose à chacun, à savoir que tout ne peut être fait dans le temps limité d’un seul mandat, à fortiori avec la baisse des aides de l’Etat, et les conséquences financières de la pandémie actuelle.

En conséquence, que chacun choisisse, dans cet avenir qui s’annonce incertain, la liste qui saura le mieux répondre aux exigences du moment, conduite par la personne qui a montré, à ce jour, ses compétences : Raymond Pommet, et la liste CAP Avenir.

Jean-Claude Vanderbecken